Cycle d’ateliers – Enregistrement Webinaire (4) A. Laurenceau et M. Géroudet : “Opérateurs nationaux, acteurs de proximité”

 

Le groupe de réflexion du Réseau de partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques (ResPaDon) propose de revenir en vidéo sur la quatrième séance de son cycle d’ateliers dédié à la collection des archives de l’Internet de la BnF sous la forme d’un webinaire d’une quarantaine de minutes.
Pour cette séance, Amélia Laurenceau (Campus Condorcet, GED) et Alexandre Faye (BnF, DLN) avaient réuni les participants autour du thème :

Opérateurs nationaux, acteurs de proximité : quelle complémentarité dans l’offre de services ? Quels rôles dans la relation aux chercheurs ?“.

La session publique a été enregistrée lors d’un webinaire, le 2/06/22 à 17:00. Amélia Laurenceau (Campus Condorcet, GED) et Madeleine Géroudet (Université de Lille, SCD) ont animé cette séance et restitué les points essentiels de la rencontre trimestrielle du groupe de réflexion qui s’était réuni à la BnF, à Paris, le 13 mai 2022.

 

 

Consulter le diaporama – Webinaire, Atelier 4 Respadon

Consulter le programme détaillé de l’atelier

Consulter la présentation générale du cycle d’ateliers Respadon

 

Cadrage général

Actuellement, les archives collectées par le département du dépôt légal numérique de la BnF sont accessibles à la BnF et dans des bibliothèques dépositaires du dépôt légal imprimeur – BDLI (la liste en a été établie par un arrêté ministériel du 16 septembre 2014). La BnF installe les accès et s’occupe de la gestion technique. Elle fournit des supports de communication, elle forme les personnels locaux auxquels elle délègue l’accompagnement à la consultation. Celui-ci se concentre sur la fabrique de l’archive et les possibilités de recherche et navigation : il s’agit d’un accompagnement de premier niveau, centré sur les aspects documentaires (présentation des outils et des collections, le plus souvent pour répondre à des besoins de recherche ponctuels et de consultation). Pour des besoins de recherche plus poussés, notamment lorsque le projet de recherche implique des techniques de data mining, les chercheurs sont orientés vers les équipes de la BnF.

Une offre de service s’est constituée à la BnF et se décline autour de trois grands services : la collecte à la demande, l’aide à l’indexation (requêter, exploiter, traiter) et l’export de métadonnées ou de fichiers d’archives. La BnF propose également un dispositif d’accompagnement particulier pour des chercheuses ou chercheurs sur sélection. Ce statut de chercheur associé permet à l’établissement d’accompagner dans la durée un travail de recherche ou/et de production archivistique et débouche le plus souvent sur la production de parcours guidés. Depuis peu cette offre est regroupée dans un DataLab qui aide à l’orientation, la constitution et l’exploitation des corpus en réunissant les experts de la BnF et un personnel ingénieur dédié mis à disposition par l’infrastructure de recherche Huma-Num. Des projets concernant les archives du web sont accompagnés suite à la mise en place d’un dispositif d’appel à projets.

Les personnels ingénieurs ou documentalistes embarqués dans les projets de recherche représentent quant à eux un autre niveau d’acteurs. A la suite d’un transfert de compétences quant à la fabrique de l’archive et ses métadonnées, ils sont en mesure d’accompagner l’équipe dans l’exploitation du corpus ce qui peut passer par la construction d’un outillage ad hoc.

Dans le cadre du projet ResPaDon, un objectif est de mettre en place dans des établissements partenaires (notamment dans des bibliothèques universitaires) une capsule d’accès aux archives qui soit outillée d’un point de vue méthodologique et technique. Dans cette nouvelle configuration, quels seraient alors les différents acteurs, et quelle serait la répartition des rôles dans l’accompagnement à la consultation et à l’exploitation de l’archive ?

 

  • Quel type d’accompagnement pour quel acteur ?

 

Comment répartir les rôles entre l’acteur national (la BnF) et le personnel de proximité de l’établissement dans lequel sera implanté la capsule ?

Il faut souligner que les missions et les offres de service ne sont pas identiques entre les bibliothèques dépositaires du dépôt légal imprimeur et les bibliothèques universitaires. Le rôle des personnels de proximité dans le cadre des capsules pourrait-il être similaire ? Comment définir leurs missions et par là-même les engagements d’un acteur local lors de l’ouverture d’une capsule ?

En termes d’accompagnement, on peut distinguer une médiation essentiellement documentaire (comprendre l’archive, tant du point de vue intellectuel que matériel – fichiers et métadonnées ; maîtriser les outils de consultation et de recherche proposés par la BnF) et un accompagnement plus technique qui s’appuie sur des moyens logistiques et informatiques (logiciel, stockage et traitement des données). La notion d’accompagnement peut quant à elle exprimer plusieurs modes de soutien : accompagner cela peut être orienter, former, montrer, faire avec, ou encore faire à la place de. Quels types d’accompagnement chaque acteur peut proposer ?

Il s’agit parfois d’accompagner toute une équipe. Cette équipe peut elle-même comprendre des personnels d’accompagnement (documentalistes, chargés de traitement des données) et des ingénieurs de la filière informatique, qu’ils soient rattachés au laboratoire du porteur ou mutualisés dans une structure, comme une MSH par exemple. Il ne s’agit pas de se substituer à ces personnels mais de bien partager les rôles. Un des enjeux lié à la mise en place de capsules est d’aboutir à un outillage générique qui pourrait être pris en main par le chercheur et ses équipes, via des formations par exemple. Il faudrait le distinguer d’un outillage plus spécifique, construit en fonction du projet.

 

  • Une organisation en réseau 

 

L’accompagnement technique pourrait gagner à être centralisé au niveau de l’opérateur national avec un personnel ingénieur dédié et mutualisé. Toutefois la mise en place et l’animation d’un réseau pourrait certainement constituer un niveau d’accompagnement intermédiaire et renforcer le rôle des personnels locaux. Comment organiser cet accompagnement à double niveau entre le national et le local ? En termes de maillage, le réseau doit-il être construit selon une logique purement géographique, doit-il être homogène en termes de niveau ou peut-on imaginer des offres de services variables selon les établissements ? On pourrait aussi imaginer que des acteurs de proximité se spécialisent pour offrir certains types de services et adoptent un fonctionnement en relais. En termes d’animation de réseau, comment favoriser les échanges et interactions entre les établissements porteurs d’une capsule et de quoi les personnels de proximité ont-ils besoin pour être soutenus ? Il y a certainement à apprendre des expériences de la Bnf et des opérateurs de l’ESR (Huma-Num et Progedo notamment) en termes de maillage et d’organisation de réseau. Cet atelier du Cycle Respadon propose d’explorer ces questionnements.

 



Citer ce billet
CF (2022, 14 juin). Cycle d’ateliers – Enregistrement Webinaire (4) A. Laurenceau et M. Géroudet : “Opérateurs nationaux, acteurs de proximité”. ResPaDon. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toal

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search